Une assistante de service social à Montréal
Milieu de travail

Milieu de travail

DÉCOUVRIR LES MILIEUX DE TRAVAIL AU QUÉBEC

Domaine de l’intervention sociale
Introduction au milieu institutionnel, communautaire et privé

Mon expérience…

Avant d’immigrer au Québec, j’essayais de comprendre où je pouvais exercer pendant mes études, tout en essayant de rester dans mon domaine : le service social ! J’imagine que c’est le cas pour vous aussi, selon votre discipline/domaine et vous avez peut-être découvert et compris certaines choses à partir du #GUIDEduTSF

Dans mon cas, après plusieurs recherches sur Internet à travers les réseaux sociaux et forums, j’ai trouvé plusieurs informations que, malheureusement, je ne pouvais pas comprendre.

Effectivement, elles n’étaient pas adaptées à mon statut de (future) nouvelle arrivante. En bref, je n’avais pas les codes, ni le vocabulaire pour comprendre toute cette ribambelle d’acronymes, de sigles et d’employeurs.

Si vous me dites que vous avez compris ce qu’était un CIUSSS, un OC, un CPE ou encore un CSS du premier coup, chapeau !! 😉

Les milieux de travail restaient encore assez flous, malgré plusieurs indications et explications.

C’est à mon arrivée au Québec que j’ai compris trois choses importantes :

  1. Il fallait que je prenne mon temps pour comprendre les différents lieux de travail au Québec. J’ai même découvert que certaines collègues québécoises n’étaient pas plus avancées que moi à ce sujet…
  2. J’essayais de comparer le fonctionnement du « système québécois » avec le « système français » et bien que cela m’ait aidé de prime abord, il a fallu que je reprenne les choses à zéro. Il fallait me décentrer !
  3. C’est par l’échange avec des personnes rencontrées ici, que le puzzle a commencé à prendre forme dans ma tête. « Ah le milieu institutionnel c’est donc ça ! », « Oh tu travailles dans un organisme communautaire ! C’est quoi?». Merci les #FIQS et merci les collègues de maîtrise ! 

Avec tout cela, j’ai décidé de faire un article assez complet sur ce sujet pour vous donner des bases et pour vous permettre de faire vos propres recherches d’emplois selon les différents réseaux du secteur institutionnel, communautaire ou privé.

J’espère que cet article vous aidera à vous retrouver dans cette masse d’informations sur les milieux de travail au Québec, pour exercer dans votre domaine, qu’ils s’agissent des services sociaux et communautaires, des services scolaires ou des services de garde !

Toutefois, je préfère vous prévenir que je présente les choses :

  • selon ma compréhension du système, en tant qu’immigrante, à partir de mon propre défi de décentration, en le vulgarisant autant que possible et sans faire appel à l’histoire de la création des services à destination de la population au Québec.

Pour tout vous dire, dans ma tête, je partage les milieux de travail en 3 secteurs dont 9 réseaux ! C’est partie ?

Je vais débuter par les secteurs/milieux :

    • le secteur/milieu institutionnel 
    • le secteur/milieu communautaire
    • le secteur/milieu privé

Le milieu institutionnel représente le secteur public, mais aussi parapublic, et celui-ci comprend au moins quatre « réseaux » intéressants pour votre exercice, en plus des organismes gouvernementaux (dont les sociétés d’État). Le milieu communautaire représente plusieurs organismes/entreprises sans but lucratif et comprend deux « réseaux » imbriqués. Finalement, le milieu privée représente le réseau privé incluant les intervenantes en pratique autonome, mais aussi toute entreprise qui produit des services à domicile pour répondre aux besoins d’une communauté (à but lucratif). 

Chacun de ces milieux travaille en partenariat/collaboration avec la population.

Clique pour voir le reels sur Instagram

Résumé de différents secteurs/milieux dispensant du soutien et des services (sociaux, communautaire et éducatifs) à la population du Québec :

Le « milieu institutionnel » comprend quatre réseaux et des organismes gouvernementaux :

  • réseau d’éducation et scolaire
    (ex: Centre de services scolaire, CEGEP, Universités, etc.)
  • réseau des services de garde éducatifs
    (ex: CPE et garderies)
  • réseau du travail et de l’emploi
    (ex: CLE, emploi Québec, programme d’aide sociale, etc.)
  • réseau de la santé et des services sociaux
    (ex: CIUSSS/CISSS, Hôpital, Instituts, etc.)
  • organismes gouvernementaux
    (RAMQ, OPHQ, CNESST, etc.)

Le « milieu communautaire » comprend un réseau imbriqué :

  • réseau communautaire
  • réseau communautaire autonome
    (ex: organismes communautaires, etc.)

Le « milieu privé » comprend :

  • le réseau privé
    (ex: entreprises à but lucratif, pratique autonome/libérale, etc.)
  • le réseau familial
    (ex: aidants familiaux et parents)

MILIEU INSTITUTIONNEL

Le milieu institutionnel c’est le terme qu’on entend dans le langage courant. Celui-ci représente les organismes publics (ministères et organismes gouvernementaux) dont les sociétés d’États et les organismes parapublics  qui sont des entités indépendantes (les quatre réseaux décrits ci-après). Les organismes parapublics ne sont pas gérés directement par le gouvernement québécois, mais relèvent de celui-ci. Souvent le milieu institutionnel est associé spécifiquement au réseau de la santé et des services sociaux, mais dans les faits, selon moi, c’est un peu plus que cela : je place ici le réseau d’éducation/scolaire, le réseau des services de garde éducatifs, un troisième que j’appelle le réseau du travail/emploi et le dernier, le réseau de la santé et des services sociaux. Commençons par les organismes parapublics :

Réseau d’éducation et scolaire

Ce réseau comprend les établissements scolaires qui offrent des services éducatifs.

Les centres de services scolaires comprennent les écoles primaires (enseignement préscolaire et primaire) et les écoles secondaires (enseignement secondaire, formation professionnelle et éducation des adultes). Auparavant on parlait de commissions scolaires, le nom a changé récemment. Pour l’enseignement post-secondaire, il y a les collèges d’enseignement généraux et professionnels (CEGEP) et les universités

Dans ce réseau, parmi l’ensemble des acteurs et actrices présentes, figurent plusieurs professions et métiers des relations humaines et sociales. Ces derniers accompagnent les enfants, les jeunes et leurs familles par rapport à des problématiques sociales d’ordre personnel, familial, communautaire ou autres, pouvant affecter le comportement et la santé du jeune. Ces professionnels accompagnent également des élèves en situation de handicap ou en difficulté d’adaptation. De plus, ils font de la prévention par rapport à différentes thématiques (absentéisme, toxicomanie, santé mentale), autant de services indispensables dans un établissement scolaire.

Vous pouvez prendre connaissance de ces lois :

Sources importantes d’informations :
Le Ministère de l’Éducation offre, sur tout le territoire québécois, des milieux de vie propices à la réussite éducative et à la pratique régulière d’activités physiques, de sports et de loisirs, des milieux de vie qui sont inclusifs, sains et respectueux des besoins des personnes et de leurs conditions.
Le Ministère de l’Enseignement supérieur offre un système éducatif inclusif qui soutient la réussite des personnes tout au long de leur vie, un système fort de l’engagement de ses acteurs et de ses partenaires qui forme des citoyennes et des citoyens responsables, compétents et créatifs, préparés au monde numérique de demain.

Réseau des services de garde éducatifs

Ce réseau comprend les centres et les garderies qui offrent des services de garde pour les enfants.

Comme le souligne Naitre et grandir :

Au Québec, une majorité d’enfants de moins de 5 ans fréquente un service de garde. Après leur famille, c’est l’environnement qui a le plus d’influence sur leurs apprentissages et leur développement. Ce réseau contribuent donc au développement des tout-petits.

Ce réseau est constitué de centres de la petite enfance (CPE), de garderies subventionnées et non subventionnées, ainsi que de personnes responsables d’un service de garde en milieu familial (RSG) reconnues par un bureau coordonnateur de la garde en milieu familial (BC).

Ces institutions sont consacrées à la garde et à l’éducation de jeunes enfants souvent sous la forme d’organismes communautaires ou de coopératives. Il y a tout un protocole sur les normes d’hygiène, de salubrité, de sécurité, et les mesures portent sur la protection de la santé et de la sécurité des enfants.

Vous pouvez prendre connaissance de ces lois :

Source importante d’informations :
Le Ministère de la Famille car le ministre de la Famille a notamment pour responsabilités de « développer et maintenir un réseau de services de garde éducatifs à l’enfance » et d’en favoriser le développement harmonieux pour en faciliter l’accès à l’ensemble des familles du Québec.

Réseau du travail et de l’emploi 

Pour le réseau que j’appelle travail/emploi, je rassemble toutes les mesures et les services qui visent à l’intégration sur le marché du travail et la solidarité sociale.

Par exemple, l’aide à la recherche d’emploi par le biais des bureaux de Services Québec (anciennement les Centres locaux d’emploi (CLE)) et emploi Québec (notre pôle emploi Québécois) ou encore l’aide sociale qui est un programme d’aide financière de dernier recours, le service des pensions alimentaires, etc.

Ce réseau offre des ressources et des services gratuitement aux personnes qui ont besoin d’une aide en matière d’emploi ou d’une aide de dernier recours, mais aussi aux employeurs qui ont des emplois à combler et qui désirent obtenir du soutien concernant la main-d’œuvre et le développement des compétences.

Vous pouvez prendre connaissance de ces lois :

Source importante d’informations : Le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale contribue à la prospérité, à la richesse collective et au développement du Québec : en favorisant l’équilibre entre l’offre et la demande de main-d’œuvre; en favorisant l’atteinte de conditions de travail équitables et de relations du travail harmonieuses; en diffusant une information pertinente sur le travail dans tous les secteurs d’activité; en privilégiant l’inclusion économique et sociale des personnes les plus vulnérables; en soutenant l’action communautaire et bénévole.

Compléments :

Je n’ai pas vraiment trouvé de vidéos sur les métiers d’agent d’aide à l’emploi ou d’agent d’aide sociale au MTESS, mais je trouve que celle-ci est assez pertinente :

Réseau de la santé et des services sociaux 

Pour cette partie concernant le milieu institutionnel, je termine avec le réseau de la santé et des services sociaux, appelé régulièrement réseau public ou réseau de la santé. Il y a beaucoup d’opportunités d’emplois dans ce réseau (si tu t’es bien préparée) et c’est souvent le plus compliqué à comprendre.

Ce réseau offre gratuitement des services de santé (médecine, infirmerie, psychologie, etc.) et des services sociaux (travail social, éducation spécialisée, etc.) pour répondre aux besoins de la population québécoise par le biais des établissements non fusionnés ou non visés par la LMRSSS et des CIUSSS/CISSS.

Les établissements non fusionnés regroupent les centres hospitaliers universitaires (à l’exception du CHU de Sherbrooke) ainsi que les instituts universitaires et un autre institut. Les établissements desservant une population nordique et autochtone, à l’exception du CLSC Naskapie, ne sont pas visés par la LMRSSS. Ces établissements sont situés dans les régions du Nord-du-Québec (10), du Nunavik (17) et des Terres-Cries-de-la-Baie-James (18).

Les CIUSSS sont des centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux et les CISSS n’ont pas le mot universitaire. Plus particulièrement, ces centres offrent à la population des services généraux et spécialisés correspondant aux 5 grandes missions définies par la Loi sur les services de santé et les services sociaux (LSSSS). On épelle cette loi : L4S

Le régime de services de santé et de services sociaux institué par la présente loi a pour but le maintien et l’amélioration de la capacité physique, psychique et sociale des personnes d’agir dans leur milieu et d’accomplir les rôles qu’elles entendent assumer d’une manière acceptable pour elles-mêmes et pour les groupes dont elles font partie. (LSSSS)

Généralement les CIUSSS/CISSS exploitent un ou des :

    • centre local de services communautaires (CLSC);
    • centre hospitalier (CH);
    • centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD);
    • centre de protection de l’enfance et de la jeunesse (CPEJ OU CJ);
    • centre de réadaptation (CR).

De plus, les centres offrent aussi des services en vertu des lois suivantes :

C’est l’État qui prend en charge les coûts de ce système/réseau.

Le réseau de la santé et des services sociaux a évidemment des partenaires comme les cliniques médicales, les groupes de médecine de famille, les cliniques-réseau, les organismes communautaires, les pharmacies communautaires, etc.

Vous pouvez aussi prendre connaissance de ces lois :

Source importante d’informations : Le Ministère de la Santé et des Services sociaux a pour mission de maintenir, d’améliorer et de restaurer la santé et le bien-être de la population québécoise en rendant accessible un ensemble de services de santé et de services sociaux, intégrés et de qualité, contribuant ainsi au développement social et économique du Québec.

Compléments :

Exemple : définition d’un CLSC 

La mission d’un centre local de services communautaires (CLSC) est d’offrir en première ligne des services de santé et des services sociaux courants et, à la population du territoire qu’il dessert, des services de nature préventive ou curative, de réadaptation ou de réinsertion, ainsi que des activités de santé publique. Le centre intégré qui assume cette mission doit s’assurer que les personnes ayant besoin de tels services pour elles-mêmes ou pour leurs proches soient rejointes, que leurs besoins soient évalués et que les services requis leurs soient fournis à l’intérieur de ses installations ou dans le milieu de vie des personnes, c’est-à-dire à l’école, au travail ou à domicile. Au besoin, il s’assurera que ces personnes sont dirigées vers les centres, les organismes ou les personnes les plus aptes à leur venir en aide.

Je t’invite à visionner une partie de la vidéo avec Flore, qui est travailleuse sociale dans le Nord du Québec et qui parle de ses emplois (dès 16min50):

Organismes gouvernementaux

Pour cette partie, étant donné que j’ai déjà partagé différents ministères du Québec, je me consacre essentiellement aux organismes gouvernementaux.

Selon le thésaurus de l’activité gouvernementale :

Organisme créé par une loi ou un décret dont la majorité des dirigeants et des administrateurs sont nommés par le gouvernement ou par l’un de ses ministres, et qui jouit d’une certaine autonomie, même si la moitié de son financement global provient de l’État.

J’ai regroupé quelques organismes gouvernementaux où vous pourriez éventuellement exercer (sachez qu’en tant que nouvelle arrivante avec un statut temporaire, c’est plutôt rare de trouver une place dans ces organismes) :

Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST)

La CNESST est l’organisme auquel le gouvernement du Québec a confié la promotion des droits et des obligations en matière de travail. Elle en assure le respect auprès des travailleuses et travailleurs et des employeurs québécois. 

Curateur Public

Depuis 1945, le Curateur public du Québec veille à la protection des personnes inaptes, à la sauvegarde de leur autonomie et au respect de leurs droits tout en soutenant leurs familles et leurs proches dans leurs fonctions.

Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ)

L’OPHQ est un organisme gouvernemental qui contribue à accroître la participation sociale des personnes en situation de handicap.

Société d’habitation du Québec (SHQ)

La SHQ soutient les citoyens québécois par :

une offre de logements à loyer modique et abordables; un éventail de programmes soutenant la construction, la rénovation et l’adaptation résidentielles, et l’accession à la propriété; des services d’information et d’accompagnement en matière d’habitation.

Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ)

La RAMQ est responsable de la saine gestion du régime d’assurance maladie et du régime public d’assurance médicaments du Québec. Dans le cadre de cette mission, elle gère l’admissibilité des personnes aux régimes, contrôle la rémunération des professionnels de la santé et facilite l’accès aux soins de santé. 

MILIEU COMMUNAUTAIRE

Nous voici au milieu communautaire ! Il n’y a pas que des organismes publics et parapublics qui soutiennent et qui proposent des services à la population. Il existe des organismes à but non lucratif, des organismes communautaires, des coopératives et des entreprises d’économie sociale du milieu communautaire dans lesquels il y a beaucoup d’opportunités d’emplois intéressantes.

Dans le milieu communautaire, je place le « réseau communautaire » mais aussi à l’intérieur le « réseau communautaire autonome ». Je fais cette différence, car l’un est plus largement financé par le réseau public, et l’autre promeut l’action communautaire autonome.

Plus spécifiquement concernant les organismes communautaires, c’est un peu flou quand on ne maîtrise pas l’histoire de l’organisation communautaire au Québec ni la méthode d’intervention communautaire en travail social. L’aspect important est de ne pas comparer les organismes communautaires avec les associations en France. Il y a une couleur et une spécificité particulière dans l’organisation communautaire au Québec. 

Réseau communautaire 

La LSSSS (L4S) a permis l’intégration des organismes communautaires dans le « réseau de la santé et des services sociaux » en les rendant admissibles à des subventions publiques selon certaines conditions. Plus d’infos par ici.

Selon le ministère de la Santé et des Services Sociaux

Les organismes communautaires subventionnés sont reconnus par le Ministère et les établissements comme des partenaires autonomes et à part entière du système de santé et de services sociaux. Ils se consacrent notamment :

  • à offrir des services de prévention, d’aide et de soutien, y compris des services d’hébergement temporaire;
  • à mener des activités qui visent notamment la promotion et la défense des droits et des intérêts des personnes utilisant des services de santé ou des services sociaux;
  • à promouvoir le développement social, l’amélioration des conditions de vie et la santé auprès de la population du Québec;
  • à répondre à des besoins nouveaux en utilisant des approches novatrices ou en visant des groupes particuliers de personnes.

Réseau communautaire autonome

Quésaco ? Pour en apprendre davantage sur le réseau communautaire autonome, je vous invite vivement à vous rendre sur le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA) puisqu’il y a quatre critères supplémentaires pour être un organisme d’action communautaire autonome :

  • avoir été constitué à l’initiative des gens de la communauté;
  • poursuivre une mission sociale qui lui soit propre et qui favorise la transformation sociale;
  • faire preuve de pratiques citoyennes et d’approches larges, axées sur la globalité de la problématique abordée;
  • être dirigé par un conseil d’administration indépendant du réseau public.

Ils interviennent dans différents secteurs dont la santé et services sociaux, le développement social, l’action bénévole, la communication, la consommation, l’environnement, la défense des droits, le logement, le loisir, la solidarité internationale, la formation, ainsi qu’auprès des femmes, des jeunes, des familles, des autochtones, des lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres, des personnes handicapées, des personnes réfugiées et immigrantes, etc.

Selon moi, ce qu’il faut particulièrement retenir c’est que le milieu communautaire offre des services qui sont essentiels à la population. Les organismes communautaires occupent une grande place au Québec et disposent d’une expertise en concertation et en développement social local (partie importante du milieu communautaire/collectif partout au Québec).

Sources importantes d’informations :

Compléments :

Je t’invite à visionner la vidéo de Chloé, intervenante sociale dans une maison pour femmes victimes de violences conjugales :  :

Retrouvez trois superbes capsules vidéos réalisées par le RQ-ACA :

MILIEU PRIVÉ

Finalement, je termine avec le milieu privé. En fait, je l’ai scindée en deux :

  • le réseau privé incluant l’intervention en pratique privée/autonome, mais aussi toutes les entreprises qui produisent des services pour répondre aux besoins d’une communauté (à but lucratif);
  • le réseau familial (parents, aidants familiaux, entourages familiaux). Je ne vais pas m’épancher sur celui-ci, car il concerne chaque famille. Si vous avez le projet d’immigrer au Québec, vous souhaiterez sûrement avoir une expérience autre que d’être aidante familiale. D’ailleurs, il est possible d’être interdite de territoire pour motifs sanitaires, je vous laisse prendre connaissance de cela sur le site du Gouvernement du Canada.

Réseau privé

Alors oui, il est possible, et je dirais même courant, d’exercer en pratique privée. On parle couramment de pratique autonome (libéral/auto-entrepreneur) en raison du « statut » de travailleuse autonome. À cet égard, il n’est pas obligatoire de faire partie d’un ordre ou d’une association professionnelle, mais cela est conseillé pour la protection du public et/ou la reconnaissance professionnelle. Même si cette pratique autonome ne dépendrait que de vous, sachez que c’est un emploi potentiel vers lequel les immigrantes ont la possibilité de se tourner après quelques années d’exercice au Québec. En tant que travailleuse autonome, on peut offrir des services spécialisés en intervention sociale selon notre champ d’expertise et de compétences.

Je ne pourrais pas vous en dire davantage sur la pratique autonome, mais je t’oriente vers Éducaloi. Je chercherai d’autres liens intéressants et fiable pour alimenter cet article ! D’ailleurs si vous avez des conseils et des liens à ce sujet, je vous invite à les partager en commentaire dès maintenant ! Merci !

À titre d’exemple, vous pouvez regarder la Clinique psychosociale de Montréal qui emploie des travailleurs et travailleuses autonomes ou des Programmes d’aides aux employés (pour le PAE, je préfère vous prévenir qu’il y a des critères d’admissibilités tels que faire partie d’un ordre professionnel)

Conseils ?

Et oui, comme toujours, les conseils de #DEASSàMTL :

Pour le milieu institutionnel, n’oublie pas de faire ton évaluation comparative de tes études effectuées hors du Québec auprès du MIFI. Un des réseaux peut refuser ton embauche, en l’absence de cette évaluation. J’ose même ajouter qu’à ce sujet, tu ne devrais pas te fier au RH qui t’assure que tu n’en aura pas besoin… Bien souvent, avoir ton évaluation comparative correspondante à l’emploi, pourra te permettre d’avoir une revalorisation salariale dans le milieu institutionnel et/ou une prise en compte de ton ancienneté depuis ton pays d’origine !

Si tu immigres avec un permis d’immigration temporaire (travail ou étude), n’oublie pas de faire ta visite médicale afin de ne pas avoir LA condition sur ton permis, sinon plusieurs emplois pourraient te passer sous le nez à cause de ça… Cette visite médicale concerne principalement le milieu institutionnel.

N’hésite pas à « farfouiller » dans tous les liens proposés dans cette page et reste ouverte à toutes les opportunités d’emplois. Surtout, vérifie toujours si tu réponds aux critères de l’offre d’emploi 🙂

Connecte toi sur les réseaux sociaux et professionnels. Je pense bien évidemment à LinkedIn et à Facebook (et même à Instagram) : ajoute les organismes et établissements auprès desquels tu aimerais exercer. Attention, assure toi d’avoir un compte professionnel (ou du moins sans photos et publications intimes et privées).
Si jamais, tu veux commencer à constituer ton réseau, je suis sur Facebook, LinkedIn et depuis peu sur Instagram.

Compléments :

Pour terminer, j’aimerais (re)préciser que je n’ai pas évoqué tous les milieux de travail, mais les principaux. Par exemple, il existe d’autres réseaux comme les cliniques de santé communautaire ou l’exemple de la Fondation Dr Julien avec les centres de pédiatrie sociale. 

Évidemment je n’ai pas parlé des titres d’emploi, ni des titres professionnels. Mais je m’occupe de ça pour un prochain article ? En attendant, je te dirige vers deux publications Facebook à ce sujet :

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.